Water quoi? Watergate! C’est le temps des scandales!

Watergate 

  • Auteur : Mathias Cramer 
  • 2 joueurs 
  • 12 ans et plus 
  • 45 minutes 

 

Avec l’arrivée de la Covid-19, vous ne savez plus qui croire entre les messagers officiels et ceux qui disent détenir la réelle vérité? Vous aimeriez prendre position d’un côté ou l’autre? Watergate est pour vous! 

Le jeu se base sur l’événement historique du même nom s’étant déroulé en 1972 aux États-Unis. Vous pouvez incarner l’administration du président Nixon qui veut contrôler l’information qui pourrait mener à l’un des plus grands scandales de l’histoire du pays de l’Oncle Sam. De l’autre, vous pouvez incarner les journalistes qui ont flairé la bonne affaire et qui ne lâcheront leur os pour rien au monde. 

La mécanique de base est assez simple : c’est un souque à la corde avec une déconstruction de paquet, en ce sens où vous avez toutes vos cartes au début et vous allez en retirer au fil de la partie. 

Les journalistes doivent réussir à accumuler des preuves en les disposant sur le babillard qui sert de plateau de jeu et à relier le président à deux informateurs avec celles-ci. Tout comme dans la vraie vie, faire éclater la vérité n’est pas chose facile! Le président, lui, doit arriver à brouiller les pistes en bloquant ces chemins ou en déployant assez d’influence pour étirer le temps jusqu’à la fin de son mandat. Donc, plus vous êtes magouilleur et manipulateur, plus vous avez des chances de vous en tirer. 

Chaque joueur reçoit un paquet de carte lui offrant des choix déchirants. Vous pouvez utiliser la valeur numérique pour amener de votre côté les preuves ou les jetons d’influence ou d’initiative. Déjà à ce stade, il faut anticiper ce que fera l’autre. Voudra-t-il brouiller les pistes, augmenter son influence ou prendre l’initiative et pouvoir changer le momentum du jeu? De l’autre côté, vous pouvez utiliser l’action de la carte, mais celle-ci est habituellement retirée pour le reste de la partie. Vous perdez donc des cartes qui pourraient vous aider à accumuler des preuves. Qu’allez-vous faire? 

D’apparence simple, Watergate se veut un beau casse-tête pour arriver à tirer votre épingle du jeu. Vous devez constamment ajuster vos actions selon la stratégie employée par votre adversaire. Le timing sera votre allié. Vous devez décider à quel moment vous utiliserez l’action vous donnant un avantage important, mais vous faisant perdre du même coup cette même carte pour le reste de la partie. Le fait que les cartes n’arrivent jamais dans le même ordre, que votre adversaire utilisera ses actions à des moments différents et les preuves disponibles ne menant pas tout le temps où vous voulez, tout cela fait que vous voudrez y revenir encore et encore. Vous essayerez nécessairement aussi les deux rôles pour combler votre besoin de pouvoir ou votre soif de vérité. 

De plus, si vous aimez l’histoire, chaque carte a des photos d’époques, des événements et des personnes ayant réellement joué un rôle dans ce scandale. Aussi, plusieurs pages du livret de règles donnent encore plus de détails de cet événement historique, lequel vous voudrez soit changer ou maintenir, selon le rôle que vous voudrez bien endosser… 

Quand on ouvre la boite de Watergate, on reste un peu surpris du peu de matériel présent : un plateau, des pastilles de bois rouge et une blanche, de petits rectangles avec des couleurs ou des photos et 42 cartes. C’est tout! Il faut toutefois dire que le tout est de qualité. Les cartes sont de bonne grosseur et avec un bon matériel. Le graphisme du jeu (rappelant les années ’70 ou avec des photos d’époque) nous plonge directement dans l’enquête qui se jouera sur notre table.

Ce qui est intéressant de ce jeu, c’est qu’on dirait qu’on est dans les derniers tours d’un jeu qui a demandé des heures aux joueurs pour mettre leur plan en place. Chaque tour est intense. On se demande ce que l’autre réalisera comme action. On se questionne sur ce qu’on est prêt à laisser à l’autre pour aller gagner autre chose dans son angle mort. On se croirait réellement dans un jeu de chat et de la souris, car il faut bien évaluer ses chances de réussite ou d’échec.

Il faut aussi que votre partenaire de jeu (ou vous-même) soit prêt à se faire trahir. Plus d’amitié ou d’amour dans ce jeu qui prône le « dans ta face » comme principe de base. C’est parfois difficile pour l’égo, surtout quand on pense avoir positionner les éléments pour gagner du terrain.

La thématique est forte et présente. On a le goût de mettre notre complet brun et de sortir notre pipe. Toutefois, quelqu’un qui n’aime pas particulièrement l’histoire pourra tout de même l’aimer pour sa mécanique de « souque à la corde ».

Les parties sont courtes, 45 minutes et on a juste le goût d’en faire une tout de suite après et de changer de rôle.

Les règles sont claires et simples. Le jeu s’installe rapidement et l’action est présente d’un bout à l’autre.

Je vous le conseille si vous aimez :

  • · les jeux à deux;
  • · les jeux courts;
  • · les jeux avec une bonne intensité;
  • · les jeux avec une bonne profondeur malgré leur simplicité.

Je vous le déconseille si vous n’aimez pas :

  • · le take that;
  • · avoir un certain stress en jouant;
  • · prendre des décisions déchirantes.

Watergate est un superbe jeu, tant dans facture visuelle que dans ce qu’il apporte comme profondeur dans sa simplicité apparente.

 

Pat Le Conteur