Dune Impérium

  Dune impérium

Auteur : Paul Dennen  

Nombre de joueurs : 1-4 

Âge : 14 ans et plus  

Durée : 60-120 minutes  

 

Arrakis, ou Dune pour les initiés, berceau de l’épice, le plus grand trésor de l’univers. Celui qui contrôle l’épice, contrôle l’univers.

Dune impérium est un deckbuilding et un placement d’ouvrier ou vous incarnez le dirigeant d’une des Grandes maisons du Landsraad.

Saurez-vous tirer profit de vos influences auprès des 4 grandes Factions et de la recherche de l’épice pour vaincre vos ennemis ? Devrez-vous réciter la litanie suivante des Bene Gesserit pour y arriver ?

« Je ne connais pas la peur, car la peur tue l’esprit. La peur est la petite mort qui conduit à l’oblitération totale. J’affronterai ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi, au travers de moi. Et lorsqu’elle sera passée, je tournerai mon œil intérieur sur son chemin. Et là où elle sera passée, il n’y aura plus rien. Rien que moi. »

L’univers de Dune
Pas besoin de connaître l’univers de Dune pour jouer au jeu. Ma seule connaissance de Dune, c’était le film sorti en 1984 et qui ne m’attirait pas tant à l’époque et dont le souvenir était qu’il était ordinaire. La sortie prochaine du remake de Denis Villeneuve propulse ce jeu à l’avant-plan, tellement qu’il est rendu au 37e rang des meilleurs jeux sur BGG au moment d’écrire ces lignes.

Vous incarnez un des 8 dirigeants disponibles ayant certaines actions et des pouvoirs distincts. Sans transformer le jeu, ces actions spécifiques peuvent tout de même orienter un peu votre stratégie.

Rapidement, on comprend que l’influence est importante auprès des Factions, que l’eau est rare et que l’épice est une denrée importante. Il ne faut pas non plus négliger les combats qui peuvent rapporter gros, sans pour autant être complexes à gérer.

La thématique est présente sans avoir à la connaître pour avoir du plaisir. Toutefois, suite à mes premières parties, j’ai acheté le livre. Et là, on reconnait bien les éléments de cet univers dans le jeu. Tout est thématique : les relations, les items, les personnages et leurs pouvoirs. Sincèrement, plus je vais avancer dans ma lecture, plus je crois que je vais apprécier le jeu.

Influencer d’une main et extraire de l’autre.

Tel que dit plus haut, les mécaniques du jeu sont connues. De plus, si vous avez déjà joué à Clank !, vous vous y retrouverez facilement. Certains éléments sont semblables puisque c’est le même créateur.

À votre tour de jeu, vous devrez utiliser des cartes de votre main pour positionner vos agents (vous en avez 2 au départ avec la possibilité d’en recruter un 3e et une autre possibilité d’utiliser le mentat pour un tour unique). Et c’est là que vous devrez commencer à être stratégiques. Les cartes sont multi-usages et c’est ça qui alimente le plaisir du jeu.

Premièrement, les cartes indiquent les lieux où vous pourrez déplacer votre agent. Il se peut donc que certains lieux vous soient indisponibles selon les cartes que vous avez en main. Ensuite, il y a 2 sections dans le bas de la carte : une action utilisée lors du tour des agents et une autre pour le tour de la révélation. Vous aurez donc à choisir quelle carte utiliser et pour quelle phase de jeu.

Lorsque tous les joueurs auront joué ou décidé d’arrêter le tour de leurs agents, ils passent à la révélation. Grâce à la section la plus basse de la carte, vous pourrez acheter des cartes dans la Rangée Impérium (le marché) ou dans la réserve où ces cartes sont toujours les mêmes. Certaines actions vous permettront aussi d’augmenter votre force militaire si vous êtes engagés dans un conflit.

Ces conflits sont super simples à activer et à gérer. Certains lieux du plateau vous permettent d’accumuler des troupes dans votre garnison et d’autres vous permettront d’en envoyer au combat. La personne avec la plus haute puissance militaire remporte la récompense de la carte Conflit retournée à chaque début de manche. Les autres récompenses suivent l’ordre de la puissance selon le nombre de joueurs.

Ensuite, on ajoute de l’épice là où personne n’est allé en extraire et on recommence un tour.

Comment devenir maître l’épice, donc de l’impérium ?

Vous pourrez gagner des points en augmentant votre influence auprès des Factions, en ayant des cartes Intrigues gagnées lors des conflits ou avec certaines cartes et en gagnant des conflits. La première personne à atteindre 10 points déclenche la fin de la partie, mais ne la gagne pas nécessairement. La fin de la partie se déclenche aussi si on passe à travers les 10 cartes Conflit disposées lors de la mise en place. Dune est aussi un jeu politique où les cartes Intrigues peuvent causer des surprises jusqu’à la fin en octroyant des points jusque-là cachés à tous (les magouilles peuvent être payantes !) et en permettant d’augmenter sa force militaire.

Est-ce que l’épice nous monte au nez ou c’est vraiment bon ?

Je dois avouer que j’ai aimé dès ma première partie et encore plus les suivantes. Sa simplicité est déconcertante, mais il faut toujours s’ajuster aux actions des autres, aux cartes Conflits dévoilées et aux cartes Intrigues qui peuvent venir influencer votre stratégie. Les lieux sont toujours les mêmes, mais les cartes viennent vraiment donner une belle rejouabilité. Le personnage de départ permet aussi de varier l’expérience. Certes, le visuel peut en refroidir certains (surtout le côté beige du plateau), mais cela ne m’a pas affecté.

Je n’y ai joué qu’à 2 et nous avons eu beaucoup de plaisir. À plusieurs, les espaces se limitent et les choix doivent être encore plus déchirants. À deux joueurs, un 3e joueur automa sous forme de cartes vient occuper certains espaces aléatoirement. Malheureusement, pour ce qui est des conflits, il peut parfois accumuler des troupes sans les envoyer à la guerre, ce qui est dommage pour la dynamique du jeu sans toutefois nous faire regretter de jouer qu’à 2.

Il y a un mode solo qui aux dires de plusieurs n’est malheureusement pas très bon.

L’exploration de Dune aura été une réussite et le jeu restera longtemps dans ma collection. Le subtil goût épicé de nos parties nous donne le goût de gouter encore et encore à ce mélange des genres qui apporte du piquant ludique dans nos vies.

Je vous le conseille si vous aimez :   

  • Le deckbuilding ; 
  • Le placement d’ouvriers ;
  • La thématique. 

Je vous le déconseille si vous n’aimez pas :   

  • Le hasard que peuvent apporter les cartes Intrigues ; 
  • Devoir récolter des ressources pour faire des actions ;
  • Être limité sur les emplacements où vous pouvez mettre votre ouvrier.